Essai de nouvelle page

Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

wiki:fable_-_futur [2009/07/07 14:47]
alain
wiki:fable_-_futur [2009/07/12 08:46] (version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
-==== FABLE ====+==== FABLE ====
=== Le Rêve (1888) === === Le Rêve (1888) ===
Ligne 61: Ligne 61:
C’est une façon de les poser tous les deux (MS NAF 10329 La Terre  F° 45 – Personnages, Hilarion Pégout)  \\ C’est une façon de les poser tous les deux (MS NAF 10329 La Terre  F° 45 – Personnages, Hilarion Pégout)  \\
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Maintenant je sais que la pureté est surtout dans la façon de traiter les épisodes (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 219/3)  \\ (…) Encore un coup tout cela traité très chastement, car je veux que la pureté soit absolue dans la forme, dans la façon de traiter le roman (//Ibid.//, f° 284/67) \\ Maintenant je sais que la pureté est surtout dans la façon de traiter les épisodes (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 219/3)  \\ (…) Encore un coup tout cela traité très chastement, car je veux que la pureté soit absolue dans la forme, dans la façon de traiter le roman (//Ibid.//, f° 284/67) \\
Ligne 78: Ligne 78:
==== FADE ==== ==== FADE ====
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
En faire un ménage modèle, toujours d’accord, toujours brave gens. C’est bien fade (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 245/29) En faire un ménage modèle, toujours d’accord, toujours brave gens. C’est bien fade (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 245/29)
==== FAIBLE/ FAIBLESSE ==== ==== FAIBLE/ FAIBLESSE ====
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Mais je m’arrête, c’est là je crois qu’est la faiblesse. Ce Félicien reste en l’air (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 298/81) \\Ne pas insister trop, car le point faible est l’invraisemblance de l’incognito qu’il peut garder : les Hubert devraient savoir qui il est (//Ibid.//, premier plan du chapitre VI, f° 89) Mais je m’arrête, c’est là je crois qu’est la faiblesse. Ce Félicien reste en l’air (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 298/81) \\Ne pas insister trop, car le point faible est l’invraisemblance de l’incognito qu’il peut garder : les Hubert devraient savoir qui il est (//Ibid.//, premier plan du chapitre VI, f° 89)
Ligne 116: Ligne 116:
Ne pas en faire un poète, mais en faire un homme supérieur au paysan (MS NAF 10329 La Terre  F° 8 – Personnages, Jean Macquart)  \\ c’est ce qui fait que Nénesse, ayant sourdement sa mère pour lui, finit par l’emporter (//Ibid.//,  F° 30 – Personnages, Ernest Delhomme)  \\ J’aimerais avoir une vieille paysanne très dure. Je pourrai en faire l’aînée des Fouan (//Ibid.//,  F° 40 – Personnages, Marianne Fouan)  \\ Je puis faire que l’idée de l’injustice la révolte, surtout dans la propriété (//Ibid.//,  F° 52 – Personnages, Françoise Fouan)  \\ La faire très charnelle, très vivante, très simple, très près de la terre, très admirable et très désirable dans son instinct (//Ibid.//,  F° 55)  \\ En faire en un mot la moyenne de nos grands agriculteurs (//Ibid.//,  F° 68 – Personnages, Alexandre Hourdequin)  \\ Le faire arriver à une certaine foi dans la science (//Ibid.//,  F° 68)  \\ Et le faire arriver ainsi au rêve socialiste (//Ibid.//,  F° 70)  \\ Le faire très grand, très fort, riant comme un enfant (//Ibid.//,  F° 77 – Personnages, Ferdinand Tron)  \\ Le faire, en politique, l’opposé de Lengaigne, très impérialiste, surtout lorsqu’il s’agit pour lui d’obtenir la mairie (//Ibid.//,  F° 87-88 – Personnages, Eugène Macqueron)  \\ Le faire griser, tout lui faire dire contre les paysans, devant quelques uns béants (//Ibid.//,  F° 104 – Personnages, Aristide Lequeu)  \\ Voir si je n’en ferai pas un historien amateur, ayant achevé une histoire de mon village, à travers les âges, qu’il n’achève jamais. Cela me donnerait cette histoire, mais ce serait du procédé bien visible. Si j’en fais un beau-frère de Hourdequin, je puis le faire déjeuner à la ferme. (//Ibid.//,  F° 105 – Personnages, Maître Baillehache)  Ne pas en faire un poète, mais en faire un homme supérieur au paysan (MS NAF 10329 La Terre  F° 8 – Personnages, Jean Macquart)  \\ c’est ce qui fait que Nénesse, ayant sourdement sa mère pour lui, finit par l’emporter (//Ibid.//,  F° 30 – Personnages, Ernest Delhomme)  \\ J’aimerais avoir une vieille paysanne très dure. Je pourrai en faire l’aînée des Fouan (//Ibid.//,  F° 40 – Personnages, Marianne Fouan)  \\ Je puis faire que l’idée de l’injustice la révolte, surtout dans la propriété (//Ibid.//,  F° 52 – Personnages, Françoise Fouan)  \\ La faire très charnelle, très vivante, très simple, très près de la terre, très admirable et très désirable dans son instinct (//Ibid.//,  F° 55)  \\ En faire en un mot la moyenne de nos grands agriculteurs (//Ibid.//,  F° 68 – Personnages, Alexandre Hourdequin)  \\ Le faire arriver à une certaine foi dans la science (//Ibid.//,  F° 68)  \\ Et le faire arriver ainsi au rêve socialiste (//Ibid.//,  F° 70)  \\ Le faire très grand, très fort, riant comme un enfant (//Ibid.//,  F° 77 – Personnages, Ferdinand Tron)  \\ Le faire, en politique, l’opposé de Lengaigne, très impérialiste, surtout lorsqu’il s’agit pour lui d’obtenir la mairie (//Ibid.//,  F° 87-88 – Personnages, Eugène Macqueron)  \\ Le faire griser, tout lui faire dire contre les paysans, devant quelques uns béants (//Ibid.//,  F° 104 – Personnages, Aristide Lequeu)  \\ Voir si je n’en ferai pas un historien amateur, ayant achevé une histoire de mon village, à travers les âges, qu’il n’achève jamais. Cela me donnerait cette histoire, mais ce serait du procédé bien visible. Si j’en fais un beau-frère de Hourdequin, je puis le faire déjeuner à la ferme. (//Ibid.//,  F° 105 – Personnages, Maître Baillehache) 
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Je voudrais faire un livre qu’on n’attende pas de moi (…) Puisqu’on m’accuse de ne pas faire de psychologie, je voudrais forcer les gens à confesser que je suis un psychologue (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 217/1). \\ Il faudrait le faire enfoncer dans une recherche de l’au-delà, spirite ou alchimiste moderne, ou s’occupant de suggestion (//Ibid.//, f° 221/5) (…) Ces choses ne seront pures que si je les fais purement (//Ibid.//, f° 222/6) \\(…) Je puis faire qu’elle a abandonné cette enfant de hasard (//Ibid.//, f° 223/7). \\(…) Mais l’écueil de ça est de faire petit, plat et bête (//Ibid.//, f° 227/11) \\ (…) Je ne fais qu’indiquer là ce que je veux, il faudra raffiner et compliquer (//Ibid.//, f° 229/13) \\(…) Ne pas le /Félicien/ faire trop bête (//Ibid.//, f° 234/18). \\(…) Enfin je le /l’évêque/ ferai entrer en scène (//Ibid.//, f°239/23) \\(…) C’est surtout avec la vie des Saints que je puis la faire toute (//Ibid.//, f° 241/24) \\(…) la faire naturellement bonne (//Ibid.//, f° 243/27) \\ (…) En faire un ménage modèle, toujours d’accord (//Ibid.//, f° 245/29)  \\ (…) Hubertine (…) dont je ferai l’image de l’équilibre bourgeois (//Ibid.//,  f° 251/35)  \\ (…) Le difficile, je le répète, sera de faire cela absolument pur (//Ibid.//, f° 253/37)  \\ (…) Et faire vraiment sortir le garçon de l’invisible (//Ibid.//, f° 258/47)  \\ lui faire dire : je l’aime, sans trembler (//Ibid.//, f° 260/43)  \\ je voudrais faire un chapitre de cela : il sera court voilà tout (//Ibid.//, f° 263/46)  \\ (…) Je voudrais encore cinq chapitres, ce qui est possible. Le dernier, le triomphe. L’avant-dernier, la venue de l’évêque avec l’extrême onction. Ce qui me fait trois pour la lutte (//Ibid.//, f° 265/48)  \\ (…) Sa lutte est contre son cœur (…) la faire très poignante (//Ibid.//, f° 272/55)  \\ (…) la faire si immatérielle  \\ que la scène reste très pure (//Ibid.//, f° 273/56-274-57) \\ (…) Faire de l’église une expansion de bonheur (//Ibid.//, f° 278)  \\ (…) La scène est belle à faire, elle a beaucoup de mouvement (//Ibid.//, f° 286/68)  \\ (…) des raisons qui lui font dire cela (//Ibid.//, f° 286/69)  \\ (…) Enfin je voudrais bien pour faire Angélique complète la faire charitable (//Ibid.//, f° 289/72)  \\ (…) Je crois qu’il faut donner à l’œuvre une base réelle . Si je la faisais trop dans la fantaisie, dans le songe, elle serait beaucoup moins efficace (//Ibid.//, f° 294/77)  \\ (…) Ajouter simplement l’au-delà où il conviendra de le faire (//Ibid.//, f°295/78)  \\ (…) je ne ferai de l’évêque qu’une silhouette (//Ibid.//, f° 295/78)  \\ (…) Félicien (…) j’en fais bien un enfant qui a coûté la vie à sa mère (//Ibid.//, f° 297/80)  \\ (…)C’est ennuyeux et pas général d’en faire un artiste (//Ibid.//, f° 298/81) )  \\ (…) Si je ne trouve rien à lui faire faire de classé, le mieux est de le montrer au sortir de ses études (//Ibid.//, f° 299/82)  \\ (…) N’en pas faire un artiste (…) mais surtout le faire prendre par la peinture sur verre (…) je puis le faire réparer par amusement un vitrail de l’église (//Ibid.//, f° 301/84)  \\ (…) Mon Dieu ! je suis décidé à en /Félicien/ faire un oisif, un amateur, un demi-artiste (//Ibid.//, f° 302/85-)  \\ (…) Faire Angélique triomphante à la fin, c’est répéter Denise (//Ibid.//, f° 302/85)  \\ (…)Voici l’arrangement. Si Dieu veut, je veux bien, a dit l’évêque. Et je fais toujours le miracle mais pour la conclusion du rêve seulement (//Ibid.//, f° 303/86-) \\ (…) Une chapelle (…) mais je la mettrai sans doute dans la cour du château, je n’en ferai pas un point central, pour éviter la religion ( //Ibid.//, f° 309/92). \\ Je ne fais que le demi miracle (//Ibid.//, premier plan du chapitre XIII, f° 180) \\ Je voudrais faire un livre qu’on n’attende pas de moi (…) Puisqu’on m’accuse de ne pas faire de psychologie, je voudrais forcer les gens à confesser que je suis un psychologue (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 217/1). \\ Il faudrait le faire enfoncer dans une recherche de l’au-delà, spirite ou alchimiste moderne, ou s’occupant de suggestion (//Ibid.//, f° 221/5) (…) Ces choses ne seront pures que si je les fais purement (//Ibid.//, f° 222/6) \\(…) Je puis faire qu’elle a abandonné cette enfant de hasard (//Ibid.//, f° 223/7). \\(…) Mais l’écueil de ça est de faire petit, plat et bête (//Ibid.//, f° 227/11) \\ (…) Je ne fais qu’indiquer là ce que je veux, il faudra raffiner et compliquer (//Ibid.//, f° 229/13) \\(…) Ne pas le /Félicien/ faire trop bête (//Ibid.//, f° 234/18). \\(…) Enfin je le /l’évêque/ ferai entrer en scène (//Ibid.//, f°239/23) \\(…) C’est surtout avec la vie des Saints que je puis la faire toute (//Ibid.//, f° 241/24) \\(…) la faire naturellement bonne (//Ibid.//, f° 243/27) \\ (…) En faire un ménage modèle, toujours d’accord (//Ibid.//, f° 245/29)  \\ (…) Hubertine (…) dont je ferai l’image de l’équilibre bourgeois (//Ibid.//,  f° 251/35)  \\ (…) Le difficile, je le répète, sera de faire cela absolument pur (//Ibid.//, f° 253/37)  \\ (…) Et faire vraiment sortir le garçon de l’invisible (//Ibid.//, f° 258/47)  \\ lui faire dire : je l’aime, sans trembler (//Ibid.//, f° 260/43)  \\ je voudrais faire un chapitre de cela : il sera court voilà tout (//Ibid.//, f° 263/46)  \\ (…) Je voudrais encore cinq chapitres, ce qui est possible. Le dernier, le triomphe. L’avant-dernier, la venue de l’évêque avec l’extrême onction. Ce qui me fait trois pour la lutte (//Ibid.//, f° 265/48)  \\ (…) Sa lutte est contre son cœur (…) la faire très poignante (//Ibid.//, f° 272/55)  \\ (…) la faire si immatérielle  \\ que la scène reste très pure (//Ibid.//, f° 273/56-274-57) \\ (…) Faire de l’église une expansion de bonheur (//Ibid.//, f° 278)  \\ (…) La scène est belle à faire, elle a beaucoup de mouvement (//Ibid.//, f° 286/68)  \\ (…) des raisons qui lui font dire cela (//Ibid.//, f° 286/69)  \\ (…) Enfin je voudrais bien pour faire Angélique complète la faire charitable (//Ibid.//, f° 289/72)  \\ (…) Je crois qu’il faut donner à l’œuvre une base réelle . Si je la faisais trop dans la fantaisie, dans le songe, elle serait beaucoup moins efficace (//Ibid.//, f° 294/77)  \\ (…) Ajouter simplement l’au-delà où il conviendra de le faire (//Ibid.//, f°295/78)  \\ (…) je ne ferai de l’évêque qu’une silhouette (//Ibid.//, f° 295/78)  \\ (…) Félicien (…) j’en fais bien un enfant qui a coûté la vie à sa mère (//Ibid.//, f° 297/80)  \\ (…)C’est ennuyeux et pas général d’en faire un artiste (//Ibid.//, f° 298/81) )  \\ (…) Si je ne trouve rien à lui faire faire de classé, le mieux est de le montrer au sortir de ses études (//Ibid.//, f° 299/82)  \\ (…) N’en pas faire un artiste (…) mais surtout le faire prendre par la peinture sur verre (…) je puis le faire réparer par amusement un vitrail de l’église (//Ibid.//, f° 301/84)  \\ (…) Mon Dieu ! je suis décidé à en /Félicien/ faire un oisif, un amateur, un demi-artiste (//Ibid.//, f° 302/85-)  \\ (…) Faire Angélique triomphante à la fin, c’est répéter Denise (//Ibid.//, f° 302/85)  \\ (…)Voici l’arrangement. Si Dieu veut, je veux bien, a dit l’évêque. Et je fais toujours le miracle mais pour la conclusion du rêve seulement (//Ibid.//, f° 303/86-) \\ (…) Une chapelle (…) mais je la mettrai sans doute dans la cour du château, je n’en ferai pas un point central, pour éviter la religion ( //Ibid.//, f° 309/92). \\ Je ne fais que le demi miracle (//Ibid.//, premier plan du chapitre XIII, f° 180) \\
Ligne 152: Ligne 152:
Cela me donne absolument ce fait que je cherchais de la vilenie de l’homme sur la terre belle (MS NAF 10329 La Terre  F° 8 – Personnages, Jean Macquart) Cela me donne absolument ce fait que je cherchais de la vilenie de l’homme sur la terre belle (MS NAF 10329 La Terre  F° 8 – Personnages, Jean Macquart)
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Il faudrait des faits (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 271/54)  \\ (…) Et des faits, qui vont en effet jusqu’à l’extrava/ga/ nce (//Ibid.//, f° 289/72)  \\ (…) Angélique /et/ Denise (…) il n’y a  \\ entre elle /sic/ que des différences de tempéraments et de faits ( //Ibid.//, f°s 302/85-303/86)  \\ (…) mariage imposé par un fait (//Ibid.//, f° 307/90) Il faudrait des faits (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 271/54)  \\ (…) Et des faits, qui vont en effet jusqu’à l’extrava/ga/ nce (//Ibid.//, f° 289/72)  \\ (…) Angélique /et/ Denise (…) il n’y a  \\ entre elle /sic/ que des différences de tempéraments et de faits ( //Ibid.//, f°s 302/85-303/86)  \\ (…) mariage imposé par un fait (//Ibid.//, f° 307/90)
Orgueil, sensualité. Des faits, des scènes (//Ibid.//, 2ème plan détaillé du chapitre II, f° 17) \\L’orgueil, la passion. Des faits (//Ibid.//, Premier plan détaillé du chapitre II, f° 24)  \\ Enfin des faits (//Ibid.//, Deuxième plan du chapitre IV, f° 57)  \\ Là le portrait du duc de Hautecoeur revient (aux personnages). Le reprendre, voir à faire revenir quelques faits de son histoire que j’aurais contée au IV (//Ibid.//, premier plan du chapitre X, f° 139) Orgueil, sensualité. Des faits, des scènes (//Ibid.//, 2ème plan détaillé du chapitre II, f° 17) \\L’orgueil, la passion. Des faits (//Ibid.//, Premier plan détaillé du chapitre II, f° 24)  \\ Enfin des faits (//Ibid.//, Deuxième plan du chapitre IV, f° 57)  \\ Là le portrait du duc de Hautecoeur revient (aux personnages). Le reprendre, voir à faire revenir quelques faits de son histoire que j’aurais contée au IV (//Ibid.//, premier plan du chapitre X, f° 139)
Ligne 200: Ligne 200:
Jean Macquart (…) il faudra qu’il y ait un mariage en jeu. (MS NAF 10.328, La Terre, f°  404/5- Ebauche)  \\ (…) Il faudrait qu’on lui tue sa maîtresse, qu’elle soit la victime de ce drame pour la terre. (//Ibid.//, f°  405/6)  \\ (…) Il faut, d’abord, que j’organise les trois histoires (Bonhomme, Beaugrand et Bouffard) pour la lier l’une à l’autre. (//Ibid.//, f°  411/12)  \\ (…) Ce serait la lutte du paysan contre l’ouvrier des villes, dans laquelle je mêlerai [sic] l’amour de la terre. Il faudrait qu’il héritât d’un champ désiré par Bonhomme. (//Ibid.//, f°  412/13)  \\ (…) Il faudrait disjoindre les deux histoires. (//Ibid.//, f° 414/15)  \\ (…) Et alors Bonhomme à la mort de son oncle épouserait sa cousine, et prendrait chez lui son autre cousine. Mais dans ce cas il faudrait que la part convoitée fit retour à ses filles. (//Ibid.//, f°  415/16)  \\ (…) Pourtant, il faut qu’à la fin Beaugrand soit piller [sic] par ses enfants, le roi Lear. (//Ibid.//, f°  422/23)  \\ (…) A la fin, il faut la débâcle de tout. (//Ibid.//)  \\ (…) Il faudrait régler les grands ensembles, mettre les plans. (//Ibid.//)  \\ (Jean Macquart :) Il faudrait lui donner une importance. (//Ibid.//, f°  430/31)  \\ (…) Donc, quand il tombe chez les paysans, il a vingt-huit ans et Louise 15, treize ans de différence. Ce serait un obstacle, dont il faut tirer un effet. (//Ibid.//, f° 430/31)  \\ (…) Plus tard, elle se débattra contre Bonhomme, à chaque fois ; puis vaincue, se laissera faire, et n’en parlera pas. Des coups terrible [sic] chaque fois. Puis, pour la mort, il faudra que j’aie un coup encore ( ?). (//Ibid.//, f° 431/32)  \\ (…) Un enfant compliquerait les choses, faut-il lui [Jean Macquart] en donner un : on ne saurait s’il est de lui ou de Bonhomme. (//Ibid.//, f° 432/33)  \\ (…) Il faudrait que Bonhomme ait rêvé de la [Louise] supprimer et trouver un moyen où il la tue, par vengeance et pour avoir la terre. (//Ibid.//F° 433/34)  \\ (…) L’oncle sera à peine une silhouette.(…) Il le faut moins riche que son frère : il pourra toujours se plaindre que son lot lors de l’héritage a été moins bon. (//Ibid.//, f° 440/41)  \\ (…) Bonhomme. (…) Sa passion de la terre doit aller avec l’amour du travail. Donc, difficile de faire que la terre dépérit entre ses mains. Il faudra que je garde ça pour l’oncle. (//Ibid.//, f° 443/44)  \\ (…) Aimant la terre, mais en amant paresseux, qui veut tout d’elle sans rien lui donner. Cela irait aussi avec les méthode nouvelle [sic] qu’il mépriserait, et il faudrait alors le mettre en opposition avec son beau frère. (//Ibid.//, f° 444/45)  \\ (…) et sa rage que la terre ne donne pas tout d’elle-même : sa passion de la terre pour la terre, pour la possession de la terre. Dès lors, son bien périclite, et sa rage contre la marâtre, qu’il faut cultiver (//Ibid.//)  \\ (…) Il ne faut plus dès lors, le mettre à la ferme, mais l’enfoncer dans la routine. (//Ibid.//, f° 445/46)  \\ (…) Il faudrait que tous les personnages fussent mis en œuvre par mon histoire, le mariage de Louise, sa mort et la mort du vieux père. (//Ibid.//, f° 460/52)  \\ (…) Il faudrait d’abord que la ferme appartînt à ceux qui la font valoir. (//Ibid.//, f° 462/54)  \\ (…) Rôle de Jean là-dedans. – Le lendemain du jour où elle a refusé son galant. La ferme brûle. Une haine de tout le pays qui monte contre la ferme. Cette histoire est bonne ; mais elle a le défaut de ne pas trop tenir à mon histoire centrale. Il faudrait l’y nouer davantage. On appelle la fille : la Demoiselle. – Toute cette histoire de ferme ne va pas très bien, il la faudrait plus souple et plus rattachée à mon histoire. (//Ibid.//, f° 463/55)  \\ (…) Jean serait donc garçon à la ferme, après quelle aventure. Bonhomme peut y faire ma corvée avec lui, d’où connaissance et lien. Et il ne faudrait qu’un petit lien pour tout avoir. (//Ibid.//, f° 464/56)  \\ (…) Il faut que la ferme me donne toute la grande culture, des histoires de chasse, et que je puisse conclure sur la grande culture et sur la petite. (//Ibid.//, f° 467/59)  \\ (…) Pour le village, pour mettre en branle toutes les autorités, vers la fin sans doute, à cause des dates, il faudrait avoir un fait ; et le meilleur serait une discussion de chemin, dans laquelle je mêlerais la ferme. (//Ibid.//, f° 472/64)  \\ (…) A la fin, le cabaretier lâchera même le fermier ; et ce dernier écœuré, forcé aussi donnera sa démission, de façon que ce sera l’épicier marchand de vin qui sera maire. – Mais il faudrait en outre que ce chemin ait un contre coup dans la terre de Bonhomme ; et pour cela, il faut que ce soit un sentier qui traverse, ou qui contourne le champ. (//Ibid.//, f° 473/65)  \\ (…) [Le prêtre] Il faudrait le loger ; puis on a disposé du jardin pour le garde-champêtre, ou un autre. (//Ibid.//, f° 479/71)  \\ (…) Je crois donc qu’il ne faut pas incarner la terre dans un personnage. Aucun ne serait assez grand, aucune femme. (//Ibid.//, f° 485/77)  \\ (…) Il faut que Jésus-Christ habite le lieu dit le château (//Ibid.//, f° 488/80)  \\ (…) Je suis un peu ennuyé d’un adultère à la ferme. Il faudrait [sic] mieux peut-être y avoir une servante maîtresse , montée du village, tenant le fermier. (//Ibid.//, f° 489/81)  \\ (…) Le fils de paysan qui tournera à la ville sera donc le fils du gendre, âgé de 14 ans au début, et de 25 ans au dénouement. Il faudra le montrer gamin d’abord, coureur de cabaret, dégoûté du cabaret, déjà coquet, avec des casquettes et des blouses et peu à peu tourné vers la ville. (//Ibid.//, f° 490/82)  \\ (…) Le château ( ?) ancien château démoli, ce qui l’a remplacé. Voir s’il faut en mettre un dans le fond, une grande propriété ou des petites ( ?). Nécessaire pour être complet mais ne pas insister. Mon sujet n’est pas là. (//Ibid.//, f° 495/87) Jean Macquart (…) il faudra qu’il y ait un mariage en jeu. (MS NAF 10.328, La Terre, f°  404/5- Ebauche)  \\ (…) Il faudrait qu’on lui tue sa maîtresse, qu’elle soit la victime de ce drame pour la terre. (//Ibid.//, f°  405/6)  \\ (…) Il faut, d’abord, que j’organise les trois histoires (Bonhomme, Beaugrand et Bouffard) pour la lier l’une à l’autre. (//Ibid.//, f°  411/12)  \\ (…) Ce serait la lutte du paysan contre l’ouvrier des villes, dans laquelle je mêlerai [sic] l’amour de la terre. Il faudrait qu’il héritât d’un champ désiré par Bonhomme. (//Ibid.//, f°  412/13)  \\ (…) Il faudrait disjoindre les deux histoires. (//Ibid.//, f° 414/15)  \\ (…) Et alors Bonhomme à la mort de son oncle épouserait sa cousine, et prendrait chez lui son autre cousine. Mais dans ce cas il faudrait que la part convoitée fit retour à ses filles. (//Ibid.//, f°  415/16)  \\ (…) Pourtant, il faut qu’à la fin Beaugrand soit piller [sic] par ses enfants, le roi Lear. (//Ibid.//, f°  422/23)  \\ (…) A la fin, il faut la débâcle de tout. (//Ibid.//)  \\ (…) Il faudrait régler les grands ensembles, mettre les plans. (//Ibid.//)  \\ (Jean Macquart :) Il faudrait lui donner une importance. (//Ibid.//, f°  430/31)  \\ (…) Donc, quand il tombe chez les paysans, il a vingt-huit ans et Louise 15, treize ans de différence. Ce serait un obstacle, dont il faut tirer un effet. (//Ibid.//, f° 430/31)  \\ (…) Plus tard, elle se débattra contre Bonhomme, à chaque fois ; puis vaincue, se laissera faire, et n’en parlera pas. Des coups terrible [sic] chaque fois. Puis, pour la mort, il faudra que j’aie un coup encore ( ?). (//Ibid.//, f° 431/32)  \\ (…) Un enfant compliquerait les choses, faut-il lui [Jean Macquart] en donner un : on ne saurait s’il est de lui ou de Bonhomme. (//Ibid.//, f° 432/33)  \\ (…) Il faudrait que Bonhomme ait rêvé de la [Louise] supprimer et trouver un moyen où il la tue, par vengeance et pour avoir la terre. (//Ibid.//F° 433/34)  \\ (…) L’oncle sera à peine une silhouette.(…) Il le faut moins riche que son frère : il pourra toujours se plaindre que son lot lors de l’héritage a été moins bon. (//Ibid.//, f° 440/41)  \\ (…) Bonhomme. (…) Sa passion de la terre doit aller avec l’amour du travail. Donc, difficile de faire que la terre dépérit entre ses mains. Il faudra que je garde ça pour l’oncle. (//Ibid.//, f° 443/44)  \\ (…) Aimant la terre, mais en amant paresseux, qui veut tout d’elle sans rien lui donner. Cela irait aussi avec les méthode nouvelle [sic] qu’il mépriserait, et il faudrait alors le mettre en opposition avec son beau frère. (//Ibid.//, f° 444/45)  \\ (…) et sa rage que la terre ne donne pas tout d’elle-même : sa passion de la terre pour la terre, pour la possession de la terre. Dès lors, son bien périclite, et sa rage contre la marâtre, qu’il faut cultiver (//Ibid.//)  \\ (…) Il ne faut plus dès lors, le mettre à la ferme, mais l’enfoncer dans la routine. (//Ibid.//, f° 445/46)  \\ (…) Il faudrait que tous les personnages fussent mis en œuvre par mon histoire, le mariage de Louise, sa mort et la mort du vieux père. (//Ibid.//, f° 460/52)  \\ (…) Il faudrait d’abord que la ferme appartînt à ceux qui la font valoir. (//Ibid.//, f° 462/54)  \\ (…) Rôle de Jean là-dedans. – Le lendemain du jour où elle a refusé son galant. La ferme brûle. Une haine de tout le pays qui monte contre la ferme. Cette histoire est bonne ; mais elle a le défaut de ne pas trop tenir à mon histoire centrale. Il faudrait l’y nouer davantage. On appelle la fille : la Demoiselle. – Toute cette histoire de ferme ne va pas très bien, il la faudrait plus souple et plus rattachée à mon histoire. (//Ibid.//, f° 463/55)  \\ (…) Jean serait donc garçon à la ferme, après quelle aventure. Bonhomme peut y faire ma corvée avec lui, d’où connaissance et lien. Et il ne faudrait qu’un petit lien pour tout avoir. (//Ibid.//, f° 464/56)  \\ (…) Il faut que la ferme me donne toute la grande culture, des histoires de chasse, et que je puisse conclure sur la grande culture et sur la petite. (//Ibid.//, f° 467/59)  \\ (…) Pour le village, pour mettre en branle toutes les autorités, vers la fin sans doute, à cause des dates, il faudrait avoir un fait ; et le meilleur serait une discussion de chemin, dans laquelle je mêlerais la ferme. (//Ibid.//, f° 472/64)  \\ (…) A la fin, le cabaretier lâchera même le fermier ; et ce dernier écœuré, forcé aussi donnera sa démission, de façon que ce sera l’épicier marchand de vin qui sera maire. – Mais il faudrait en outre que ce chemin ait un contre coup dans la terre de Bonhomme ; et pour cela, il faut que ce soit un sentier qui traverse, ou qui contourne le champ. (//Ibid.//, f° 473/65)  \\ (…) [Le prêtre] Il faudrait le loger ; puis on a disposé du jardin pour le garde-champêtre, ou un autre. (//Ibid.//, f° 479/71)  \\ (…) Je crois donc qu’il ne faut pas incarner la terre dans un personnage. Aucun ne serait assez grand, aucune femme. (//Ibid.//, f° 485/77)  \\ (…) Il faut que Jésus-Christ habite le lieu dit le château (//Ibid.//, f° 488/80)  \\ (…) Je suis un peu ennuyé d’un adultère à la ferme. Il faudrait [sic] mieux peut-être y avoir une servante maîtresse , montée du village, tenant le fermier. (//Ibid.//, f° 489/81)  \\ (…) Le fils de paysan qui tournera à la ville sera donc le fils du gendre, âgé de 14 ans au début, et de 25 ans au dénouement. Il faudra le montrer gamin d’abord, coureur de cabaret, dégoûté du cabaret, déjà coquet, avec des casquettes et des blouses et peu à peu tourné vers la ville. (//Ibid.//, f° 490/82)  \\ (…) Le château ( ?) ancien château démoli, ce qui l’a remplacé. Voir s’il faut en mettre un dans le fond, une grande propriété ou des petites ( ?). Nécessaire pour être complet mais ne pas insister. Mon sujet n’est pas là. (//Ibid.//, f° 495/87)
Il faut que le drame soit entre lui et Buteau, son fils (MS NAF 10329 La Terre f° 14 – Personnages, Louis Fouan)  \\ Il faudra faire sentir cela chez le notaire, et par la suite (//Ibid.//,  F° 25 – Personnages, Fany Fouan)  \\ Il ne faut donc pas de la violence, de la brutalité seulement et continuelle ; mais un caractère plus compliqué quoique simple (//Ibid.//,  F° 34 – Personnages, Joseph Fouan)  \\ Il faut que j’aie l’histoire de sa terre pour établir son ascendance (//Ibid.//,  F° 64 – Personnages, Alexandre Hourdequin)  \\ Il faut qu’il ait fait fortune dans quelque chose, les vins sans doute (//Ibid.//,  F° 87 – Personnages, Eugène Macqueron)  \\ Il faudrait aussi que le dénouement intéresse les Fouan (//Ibid.//,  F° 90 – Personnages, Eugène Macqueron)  \\ Il faut que le drame soit entre lui et Buteau, son fils (MS NAF 10329 La Terre f° 14 – Personnages, Louis Fouan)  \\ Il faudra faire sentir cela chez le notaire, et par la suite (//Ibid.//,  F° 25 – Personnages, Fany Fouan)  \\ Il ne faut donc pas de la violence, de la brutalité seulement et continuelle ; mais un caractère plus compliqué quoique simple (//Ibid.//,  F° 34 – Personnages, Joseph Fouan)  \\ Il faut que j’aie l’histoire de sa terre pour établir son ascendance (//Ibid.//,  F° 64 – Personnages, Alexandre Hourdequin)  \\ Il faut qu’il ait fait fortune dans quelque chose, les vins sans doute (//Ibid.//,  F° 87 – Personnages, Eugène Macqueron)  \\ Il faudrait aussi que le dénouement intéresse les Fouan (//Ibid.//,  F° 90 – Personnages, Eugène Macqueron)  \\
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Il faudrait, pour première condition, qu’il /le livre que je veux écrire/ pût être mis entre toutes les mains (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche f° 217/1)  \\ (…) Il me faut une jeune fille (//Ibid.//, f° 219-3) \\ (…) Tout cela est très banal, il faudrait que ce fut /sic/ exquis pour valoir quelque chose (//Ibid.//, f° 220/4) \\(…) Il faudrait le trouver peut-être dans ce que fait le quadragénaire. Il faudrait le faire enfoncer dans une recherche de l’au-delà (//Ibid.//, f° 221 /5) \\(…) Il lui / à Angélique/ faut une éducation rudimentaire (//Ibid.//, f° 225/9) )  \\(…) Il faudrait y mettre la vie telle qu’elle n’est pas (//Ibid.//, f° 227/11). ) \\ (…) Ce que je voudrais aussi, ce serait un combat de la jeune fille avec elle-même, et pour cela il faudrait que la \\ rupture vint /sic/ d’elle (…) il faudra raffiner et compliquer (//Ibid.//, f° 228/12-229/13)  \\ (…) Il faudrait lui donner un métier d’art (//Ibid.//, f° 230/14). A la fin le mariage bénit par l’évêque. Je finis quand les époux ressortent de l’église (…) Là je m’arrête, la fin du rêve (//Ibid.//, f° 232/16)  \\ (…) Je n’ai que cinq personnages et il ne faut pas en admettre un de plus (//Ibid.//, f° 232/16). \\ (…) Pour que le rêve se réalise, il faut que  \\ le rêve soit posé (//Ibid.//, f° 234/18-235/19) ). \\ (…) Il faut que je pousse les choses jusqu’à la mort presque. Et là il faut que ce soit l’évêque en personne qui vienne lui donner son fils (//Ibid.//, f° 238/22)  \\ (…) Il faut qu’elle soit une artiste, que ses broderies soient des chefs d’œuvre (//Ibid.//, f° 245/29)  \\ (…) Mais il faudra toucher à cela avec beaucoup de délicatesse pour rester pur (//Ibid.//, f° 250/34)  \\ (…) lorsque Félicien paraît, il faut qu’elle sache que c’est lui (//Ibid.//, f° 255/38bis)  \\ (…) Il faut éviter la porte, le petit mur. (//Ibid.//, f° 256/39-Ebauche) \\ (…)Il ne faudrait pas qu’elle put /sic/ s’en douter jusque là (…) Il faut absolument que la première apparition se fasse dans le jardin (//Ibid.//, f° 256/39)  \\ (…) Il faut en arriver /à des échanges de serment-rayé / (…) il faut qu’elle se sente entourée de quelqu’un qui la guette (//Ibid.//, f° 257/40)  \\ (…)Il cause seulement avec les Hubert. Cela a le défaut de le matérialiser, de dire qui il est, et il vaudrait /faudrait surchargé, ou inversement/ mieux le laisser dans l’inconnu ( //Ibid.//, f°259/42)  \\ (…) Il faudrait que ce fut [sic] d’une pureté absolue (…) quelques visites qu’il faudrait occuper [sic] (//Ibid.//, f° 261/44)  \\ (…) Il faut que la réalité dépasse encore l’espoir. Pour cela Félicien doit apparaître beau, superbe, riche à million (//Ibid.//, f° 262/45)  \\ (…) D’abord il faut montre /sic/ qu’Angélique (…) espère toujours (…)  \\ Et alors montrer Angélique entêtée (//Ibid.//, f° 265/48- 266/49)  \\ (…) Il faut que Félicien dise cela à Angélique, ou du moins à Hubertine qui le répétera à Angélique (//Ibid.//, f°267/50)  \\ (…) Il faudrait des faits (//Ibid.//, f° 271/54)  \\ (…) Je voulais une lutte psychologique, et c’est ici qu’il faudrait la mettre (F° 271/54)  \\ (…) Enfin il faut qu’elle le renvoie (…) il faut que cela soi /sic/ (//Ibid.//, f° 275/58)  \\ (…) Il faudra que tout cela y soit, mais très discret, en peu de mots (//Ibid.//, f°277/60)  \\ (…) Je crois qu’il faudra amener à la fin Félicien. Finir par Angélique rayonnante et sauvée (//Ibid.//, f° 278/61)  \\ (…) Il faut qu’elle se domine au moment où elle va cèder (//Ibid.//, f° 285/68)  \\ (…) Il faut qu’ un peu de ses épaules apparaissent /sic/ (…) il faut que sa charité mette entre eux une complicité (//Ibid.//, f° 290/73)  \\ (…) Il faudrait que ce terrain vague se trouva / sic/ comme un bout de champ désert (//Ibid.//, f° 291/74) \\ (…) il faut qu’il soit séduit par son grand air (//Ibid.//, f° 293/76)  \\ (…) Je crois qu’il faut donner à l’œuvre une base réelle (//Ibid.//, f° 294/77)  \\ (…) Il ne faudrait pas qu’il apportat /sic/ le pardon et le bonheur à Angélique. Il faudrait  \\ qu’il vint /sic/ seulement pour le viatique (…) il faudrait que son fils lui ait tout dit (//Ibid.//, f° 295/78- 296/79)  \\ (…) Il /Félicien/ faudrait qu’il eut /sic/ un métier (…) Il faut que je lui trouve une situation (//Ibid.//, f° 298/81)  \\ (…) Il faut qu’il soit libre pour épouser Angélique (//Ibid.//, f° 302/85)  \\ (…) Il faudrait donc qu’Angélique ne triomphât pas ou mourût (…) il faut qu’il y ait une fausse convalescence (//Ibid.//, f° 303/86)  \\ (…) Il faudra trouver autre chose pour cette broderie (//Ibid.//, f° 308/91)  \\ (…) Il me faut un vieux château très ancien (…) il faut donc une chapelle (//Ibid.//, f° 309/92). \\ Il faudrait, pour première condition, qu’il /le livre que je veux écrire/ pût être mis entre toutes les mains (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche f° 217/1)  \\ (…) Il me faut une jeune fille (//Ibid.//, f° 219-3) \\ (…) Tout cela est très banal, il faudrait que ce fut /sic/ exquis pour valoir quelque chose (//Ibid.//, f° 220/4) \\(…) Il faudrait le trouver peut-être dans ce que fait le quadragénaire. Il faudrait le faire enfoncer dans une recherche de l’au-delà (//Ibid.//, f° 221 /5) \\(…) Il lui / à Angélique/ faut une éducation rudimentaire (//Ibid.//, f° 225/9) )  \\(…) Il faudrait y mettre la vie telle qu’elle n’est pas (//Ibid.//, f° 227/11). ) \\ (…) Ce que je voudrais aussi, ce serait un combat de la jeune fille avec elle-même, et pour cela il faudrait que la \\ rupture vint /sic/ d’elle (…) il faudra raffiner et compliquer (//Ibid.//, f° 228/12-229/13)  \\ (…) Il faudrait lui donner un métier d’art (//Ibid.//, f° 230/14). A la fin le mariage bénit par l’évêque. Je finis quand les époux ressortent de l’église (…) Là je m’arrête, la fin du rêve (//Ibid.//, f° 232/16)  \\ (…) Je n’ai que cinq personnages et il ne faut pas en admettre un de plus (//Ibid.//, f° 232/16). \\ (…) Pour que le rêve se réalise, il faut que  \\ le rêve soit posé (//Ibid.//, f° 234/18-235/19) ). \\ (…) Il faut que je pousse les choses jusqu’à la mort presque. Et là il faut que ce soit l’évêque en personne qui vienne lui donner son fils (//Ibid.//, f° 238/22)  \\ (…) Il faut qu’elle soit une artiste, que ses broderies soient des chefs d’œuvre (//Ibid.//, f° 245/29)  \\ (…) Mais il faudra toucher à cela avec beaucoup de délicatesse pour rester pur (//Ibid.//, f° 250/34)  \\ (…) lorsque Félicien paraît, il faut qu’elle sache que c’est lui (//Ibid.//, f° 255/38bis)  \\ (…) Il faut éviter la porte, le petit mur. (//Ibid.//, f° 256/39-Ebauche) \\ (…)Il ne faudrait pas qu’elle put /sic/ s’en douter jusque là (…) Il faut absolument que la première apparition se fasse dans le jardin (//Ibid.//, f° 256/39)  \\ (…) Il faut en arriver /à des échanges de serment-rayé / (…) il faut qu’elle se sente entourée de quelqu’un qui la guette (//Ibid.//, f° 257/40)  \\ (…)Il cause seulement avec les Hubert. Cela a le défaut de le matérialiser, de dire qui il est, et il vaudrait /faudrait surchargé, ou inversement/ mieux le laisser dans l’inconnu ( //Ibid.//, f°259/42)  \\ (…) Il faudrait que ce fut [sic] d’une pureté absolue (…) quelques visites qu’il faudrait occuper [sic] (//Ibid.//, f° 261/44)  \\ (…) Il faut que la réalité dépasse encore l’espoir. Pour cela Félicien doit apparaître beau, superbe, riche à million (//Ibid.//, f° 262/45)  \\ (…) D’abord il faut montre /sic/ qu’Angélique (…) espère toujours (…)  \\ Et alors montrer Angélique entêtée (//Ibid.//, f° 265/48- 266/49)  \\ (…) Il faut que Félicien dise cela à Angélique, ou du moins à Hubertine qui le répétera à Angélique (//Ibid.//, f°267/50)  \\ (…) Il faudrait des faits (//Ibid.//, f° 271/54)  \\ (…) Je voulais une lutte psychologique, et c’est ici qu’il faudrait la mettre (F° 271/54)  \\ (…) Enfin il faut qu’elle le renvoie (…) il faut que cela soi /sic/ (//Ibid.//, f° 275/58)  \\ (…) Il faudra que tout cela y soit, mais très discret, en peu de mots (//Ibid.//, f°277/60)  \\ (…) Je crois qu’il faudra amener à la fin Félicien. Finir par Angélique rayonnante et sauvée (//Ibid.//, f° 278/61)  \\ (…) Il faut qu’elle se domine au moment où elle va cèder (//Ibid.//, f° 285/68)  \\ (…) Il faut qu’ un peu de ses épaules apparaissent /sic/ (…) il faut que sa charité mette entre eux une complicité (//Ibid.//, f° 290/73)  \\ (…) Il faudrait que ce terrain vague se trouva / sic/ comme un bout de champ désert (//Ibid.//, f° 291/74) \\ (…) il faut qu’il soit séduit par son grand air (//Ibid.//, f° 293/76)  \\ (…) Je crois qu’il faut donner à l’œuvre une base réelle (//Ibid.//, f° 294/77)  \\ (…) Il ne faudrait pas qu’il apportat /sic/ le pardon et le bonheur à Angélique. Il faudrait  \\ qu’il vint /sic/ seulement pour le viatique (…) il faudrait que son fils lui ait tout dit (//Ibid.//, f° 295/78- 296/79)  \\ (…) Il /Félicien/ faudrait qu’il eut /sic/ un métier (…) Il faut que je lui trouve une situation (//Ibid.//, f° 298/81)  \\ (…) Il faut qu’il soit libre pour épouser Angélique (//Ibid.//, f° 302/85)  \\ (…) Il faudrait donc qu’Angélique ne triomphât pas ou mourût (…) il faut qu’il y ait une fausse convalescence (//Ibid.//, f° 303/86)  \\ (…) Il faudra trouver autre chose pour cette broderie (//Ibid.//, f° 308/91)  \\ (…) Il me faut un vieux château très ancien (…) il faut donc une chapelle (//Ibid.//, f° 309/92). \\
Ligne 234: Ligne 234:
Ne pas oublier son [à Octave] côté de fantaisie dans le commerce (MS NAF 10277, Au bonheur des dames, Ebauche, f° 3) Ne pas oublier son [à Octave] côté de fantaisie dans le commerce (MS NAF 10277, Au bonheur des dames, Ebauche, f° 3)
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Un coin de fantaisie, de rêve, l’inconnu (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 218/2). \\(…) Je n’ai pas la fantaisie , le rêve, ce qui m’ennuie (//Ibid.//, f° 221/5) \\(…) Toute une partie fantaisiste, idéaliste très poussée (//Ibid.//, f° 222/6). \\ (…) Mais surtout la fantaisie, ce qui se passe dans une tête de seize ans (//Ibid.//, f° 225/9) \\(…) la fantaisie (//Ibid.//, f° 226/10)  \\ (…) Je crois qu’il faut donner à l’œuvre une base réelle . Si je la faisais trop dans la fantaisie, dans le songe, elle serait beaucoup moins efficace (//Ibid.//, f° 294/77) Un coin de fantaisie, de rêve, l’inconnu (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 218/2). \\(…) Je n’ai pas la fantaisie , le rêve, ce qui m’ennuie (//Ibid.//, f° 221/5) \\(…) Toute une partie fantaisiste, idéaliste très poussée (//Ibid.//, f° 222/6). \\ (…) Mais surtout la fantaisie, ce qui se passe dans une tête de seize ans (//Ibid.//, f° 225/9) \\(…) la fantaisie (//Ibid.//, f° 226/10)  \\ (…) Je crois qu’il faut donner à l’œuvre une base réelle . Si je la faisais trop dans la fantaisie, dans le songe, elle serait beaucoup moins efficace (//Ibid.//, f° 294/77)
Ligne 255: Ligne 255:
Ce roman est l’histoire d’un homme frappé dans sa virilité par une éducation première, devenu être neutre, se réveillant homme à vingt cinq ans, dans les sollicitations de la nature, mais retombant fatalement à l’impuissance. (MS NAF 10294, La Faute de l’abbé Mouret, Ebauche, f° 2) Ce roman est l’histoire d’un homme frappé dans sa virilité par une éducation première, devenu être neutre, se réveillant homme à vingt cinq ans, dans les sollicitations de la nature, mais retombant fatalement à l’impuissance. (MS NAF 10294, La Faute de l’abbé Mouret, Ebauche, f° 2)
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Le sujet fatalement serait banal (MS NAF 10323, Le Rêve,  Ebauche, f° 219/3) Le sujet fatalement serait banal (MS NAF 10323, Le Rêve,  Ebauche, f° 219/3)
Ligne 279: Ligne 279:
Féérie Féérie
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Une pluie d’or sur Beaumont, féérique (MS NAF 10323, Le Rêve, premier plan du chapitre XIV, f° 194) Une pluie d’or sur Beaumont, féérique (MS NAF 10323, Le Rêve, premier plan du chapitre XIV, f° 194)
Ligne 305: Ligne 305:
==== FERMER ==== ==== FERMER ====
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Voir aussi : Dénouement ; Fin ;conclusion Voir aussi : Dénouement ; Fin ;conclusion
Elle triomphe à la fin, elle l’épouse. Je finis en la montrant heureuse (…) et je ferme le livre sur ce « rêve » accompli (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 228/12). Elle triomphe à la fin, elle l’épouse. Je finis en la montrant heureuse (…) et je ferme le livre sur ce « rêve » accompli (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 228/12).
Ligne 338: Ligne 338:
=== La Terre (1887) === === La Terre (1887) ===
Comme figure prendre le père Martin (MS NAF 10329 La Terre  F° 13 – Personnages, Louis Fouan)  \\ Une figure terrible de volonté, de la propriété, de l’entêtement à ne rien lâcher de son bien (//Ibid.//,  F° 39 – Personnages, Marianne Fouan)  \\ Comme figure prendre le père Martin (MS NAF 10329 La Terre  F° 13 – Personnages, Louis Fouan)  \\ Une figure terrible de volonté, de la propriété, de l’entêtement à ne rien lâcher de son bien (//Ibid.//,  F° 39 – Personnages, Marianne Fouan)  \\
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
La jeune fille. Une très pure figure (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 222/6) \\ (…) Une figure hiératique de l’évêque (//Ibid.//, f° 231/15) \\(…) Cela me donnerait une figure d’évêque très à l’arrière-plan, ce que je préfèrerais (//Ibid.//, f° 239/23) ). \\ (…) J’ai Hubertine suffisamment, mais je n’ai pas Hubert (…) Je lui donnerai des traits un peu tourmentés pour ne pas avoir que des figures correctes (//Ibid.//, f° 248/32). La jeune fille. Une très pure figure (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 222/6) \\ (…) Une figure hiératique de l’évêque (//Ibid.//, f° 231/15) \\(…) Cela me donnerait une figure d’évêque très à l’arrière-plan, ce que je préfèrerais (//Ibid.//, f° 239/23) ). \\ (…) J’ai Hubertine suffisamment, mais je n’ai pas Hubert (…) Je lui donnerai des traits un peu tourmentés pour ne pas avoir que des figures correctes (//Ibid.//, f° 248/32).
Ligne 427: Ligne 427:
A la fin il redeviendra soldat (MS NAF 10329 La Terre f° 4 – Personnages, Jean Macquart)  \\ Tout ce qu’il espère du calme de la terre, et qui meurt à la fin (//Ibid.//,  F° 7-8)  \\ et la guerre qui le reprend à la fin (//Ibid.//,  F° 8)  \\ Puis à la fin apaisé, après l’enterrement de Fouan (//Ibid.//,  F° 12)  \\ A la fin peut-être avec toute sa barbe (//Ibid.//,  F° 13 – Personnages, Louis Fouan)  \\ Il les perdra peut-être à la fin (//Ibid.//,  F° 13)  \\ Et à la fin, le pain jeté comme à un chien (//Ibid.//,  F° 15)  \\ Donc toute la première partie avec autorité, et finir cette première partie avec Fouan, travaillant encore peut-être (//Ibid.//, F° 15)  \\ Cette scène est pour montrer la dépendance de Buteau, qui à la fin sera le Maître impitoyable de son père (//Ibid.//,  F° 16)  \\ Et à la fin, à l’enterrement, très saoul, pleurant à chaudes larmes (//Ibid.//,  F° 21 – Personnages, Hyacinthe Fouan)  \\ La finir, pas par le mariage (//Ibid.//,  F° 23 – Personnages, Olympe)  \\ Trente-quatre ans, en 59 ; née en 1824, aura 46 ans à la fin (//Ibid.//,  F° 24 – Personnages, Fany Fouan)  \\ Manquant enfin de tolérance et de bonhomie (//Ibid.//,  F° 27 – Personnages, Honoré Delhomme)  \\ c’est ce qui fait que Nénesse, ayant sourdement sa mère pour lui, finit par l’emporter (//Ibid.//,  F° 30 – Personnages, Ernest Delhomme)  \\ Enfin, il quitte le travail de la terre auquel il n’a jamais mordu (//Ibid.//,  F° 30)  \\ A la fin, il ruse pour tuer son père (//Ibid.//,  F° 36 – Personnages, Joseph Fouan)  \\ et elle les déshérite tous à la fin (//Ibid.//,  F° 39 – Personnages, Marianne Fouan)  \\ Pas mauvais cœur, peu à peu intéressée pourtant, au contact de son mari, devenant à la fin dure et emportée (//Ibid.//,  F° 47-48 – Personnages, Lise Fouan)  \\ Et une fin bonne (//Ibid.//,  F° 48)  \\ ensuite bataillant ; et le jour où elle s’avoue cela, à la fin seulement (//Ibid.//,  F° 53 – Personnages, Françoise Fouan)  \\ car Lise, cette gaie, sent enfin, accuse Françoise de tout (//Ibid.//,  F° 53)  \\ Le vieux Fouan à la fin aurait le mot qu’il dirait en mourant (//Ibid.//,  F° 54)  \\ A la fin elle le déteste presque aussi (//Ibid.//,  F° 55)  \\ Enfin, toute cette éducation puritaine, d’autant plus sévère que les vieux savent le vice et voient des dangers partout, cette éducation de l’ignorance absolue, et la décision finale devant la question d’argent : il n’y a pas de métier meilleur (//Ibid.//,  F° 63 – Personnages, Elodie)  \\ L’idée de Jacqueline serait de l’épouser, vers la fin ; mais il a toujours résisté ! (//Ibid.//,  F° 65 – Personnages, Alexandre Hourdequin)  \\ enfin qu’on emploie les mécaniques (//Ibid.//,  F° 69)  \\ Et à la fin, le montrer absolument désespéré (//Ibid.//,  F° 72-73)  \\ Enfin l’homme intelligent et combattu, à la veille d’un changement. A la fin contre Rochefontaine, libre échangiste, qui veut le pain à bon marché (//Ibid.//,  F° 73)  \\ Enfin, quand elle se croit assez forte, quand elle brave tout, elle le fait chasser (//Ibid.//,  F° 79 – Personnages, Soulas)  \\ il parle, et c’est ce qui amène le drame de la fin (//Ibid.//,  F° 79)  \\ Donc, au demeurant, bonapartiste, écrasant Lengaigne à la fin en le faisant saisir (//Ibid.//,  F° 90 – Personnages, Eugène Macqueron)  \\ A la fin saisi par les rats de cave, sur la dénonciation de Macqueron (//Ibid.//,  F° 94 – Personnages, Lengaigne)  \\ Et sa joie quand l’abbé Madeline vient, puis sa colère à la fin (//Ibid.//,  F° 101 – Personnages, L’abbé Godard) A la fin il redeviendra soldat (MS NAF 10329 La Terre f° 4 – Personnages, Jean Macquart)  \\ Tout ce qu’il espère du calme de la terre, et qui meurt à la fin (//Ibid.//,  F° 7-8)  \\ et la guerre qui le reprend à la fin (//Ibid.//,  F° 8)  \\ Puis à la fin apaisé, après l’enterrement de Fouan (//Ibid.//,  F° 12)  \\ A la fin peut-être avec toute sa barbe (//Ibid.//,  F° 13 – Personnages, Louis Fouan)  \\ Il les perdra peut-être à la fin (//Ibid.//,  F° 13)  \\ Et à la fin, le pain jeté comme à un chien (//Ibid.//,  F° 15)  \\ Donc toute la première partie avec autorité, et finir cette première partie avec Fouan, travaillant encore peut-être (//Ibid.//, F° 15)  \\ Cette scène est pour montrer la dépendance de Buteau, qui à la fin sera le Maître impitoyable de son père (//Ibid.//,  F° 16)  \\ Et à la fin, à l’enterrement, très saoul, pleurant à chaudes larmes (//Ibid.//,  F° 21 – Personnages, Hyacinthe Fouan)  \\ La finir, pas par le mariage (//Ibid.//,  F° 23 – Personnages, Olympe)  \\ Trente-quatre ans, en 59 ; née en 1824, aura 46 ans à la fin (//Ibid.//,  F° 24 – Personnages, Fany Fouan)  \\ Manquant enfin de tolérance et de bonhomie (//Ibid.//,  F° 27 – Personnages, Honoré Delhomme)  \\ c’est ce qui fait que Nénesse, ayant sourdement sa mère pour lui, finit par l’emporter (//Ibid.//,  F° 30 – Personnages, Ernest Delhomme)  \\ Enfin, il quitte le travail de la terre auquel il n’a jamais mordu (//Ibid.//,  F° 30)  \\ A la fin, il ruse pour tuer son père (//Ibid.//,  F° 36 – Personnages, Joseph Fouan)  \\ et elle les déshérite tous à la fin (//Ibid.//,  F° 39 – Personnages, Marianne Fouan)  \\ Pas mauvais cœur, peu à peu intéressée pourtant, au contact de son mari, devenant à la fin dure et emportée (//Ibid.//,  F° 47-48 – Personnages, Lise Fouan)  \\ Et une fin bonne (//Ibid.//,  F° 48)  \\ ensuite bataillant ; et le jour où elle s’avoue cela, à la fin seulement (//Ibid.//,  F° 53 – Personnages, Françoise Fouan)  \\ car Lise, cette gaie, sent enfin, accuse Françoise de tout (//Ibid.//,  F° 53)  \\ Le vieux Fouan à la fin aurait le mot qu’il dirait en mourant (//Ibid.//,  F° 54)  \\ A la fin elle le déteste presque aussi (//Ibid.//,  F° 55)  \\ Enfin, toute cette éducation puritaine, d’autant plus sévère que les vieux savent le vice et voient des dangers partout, cette éducation de l’ignorance absolue, et la décision finale devant la question d’argent : il n’y a pas de métier meilleur (//Ibid.//,  F° 63 – Personnages, Elodie)  \\ L’idée de Jacqueline serait de l’épouser, vers la fin ; mais il a toujours résisté ! (//Ibid.//,  F° 65 – Personnages, Alexandre Hourdequin)  \\ enfin qu’on emploie les mécaniques (//Ibid.//,  F° 69)  \\ Et à la fin, le montrer absolument désespéré (//Ibid.//,  F° 72-73)  \\ Enfin l’homme intelligent et combattu, à la veille d’un changement. A la fin contre Rochefontaine, libre échangiste, qui veut le pain à bon marché (//Ibid.//,  F° 73)  \\ Enfin, quand elle se croit assez forte, quand elle brave tout, elle le fait chasser (//Ibid.//,  F° 79 – Personnages, Soulas)  \\ il parle, et c’est ce qui amène le drame de la fin (//Ibid.//,  F° 79)  \\ Donc, au demeurant, bonapartiste, écrasant Lengaigne à la fin en le faisant saisir (//Ibid.//,  F° 90 – Personnages, Eugène Macqueron)  \\ A la fin saisi par les rats de cave, sur la dénonciation de Macqueron (//Ibid.//,  F° 94 – Personnages, Lengaigne)  \\ Et sa joie quand l’abbé Madeline vient, puis sa colère à la fin (//Ibid.//,  F° 101 – Personnages, L’abbé Godard)
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Les souffrances du quadragénaire et à la fin il cède, il donne la jeune fille au jeune homme (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 220/4)  \\ (…)Comme je veux que l’histoire finisse bien, par l’accomplissement de tous ses désirs, je dois  \\ mettre le drame au milieu (//Ibid.//, f°s 227/11- 228/12)  \\ (…) Elle triomphe à la fin, elle l’épouse. Je finis en la montrant heureuse (…) et je ferme le livre sur ce « rêve » accompli (//Ibid.//, f° 228/12).  \\ (…) A la fin le mariage bénit par l’évêque. Je finis quand les époux ressortent de l’église (…) Là je m’arrête, la fin du rêve (//Ibid.//, f° 232/16)  \\ (…) Donc, pour justifier le titre très important : le Rêve posé au début, tel qu’il se réalisera à la fin, après le combat du milieu (//Ibid.//, f° 244/28) \\ (…) Enfin, au dénouement, je l’y ferais  \\ aller une dernière fois (//Ibid.//, f° 246/30-247/31)  \\ (…) Enfin la scène du cimetière et sa joie débordante à la fin (//Ibid.// f° 248/32)  \\ (…) Enfin la montrer troublée, femme sans le savoir, attendant le prince  \\ charmant .C’est un chapitre cela qu’il faut finir par la vue du vitrail tous les soirs et par une scène où elle éclate en larme en le regardant (//Ibid.//, f°s 254/38-255/38bis)  \\ (…) Le rêve encore vague que je veux préciser à la fin de la scène (//Ibid.//, f° 264/47)  \\ (…) Enfin je voudrais l’amour à la fin du chapitre (//Ibid.//, f° 54)  \\ (…) J’en suis donc arrivé à la fin du chapitre (//Ibid.//, f° 273/56)  \\ (…) Enfin il faut qu’elle le renvoie (//Ibid.//, f° 275/58)  \\ (…) Je crois qu’il faudra amener à la fin Félicien. Finir par Angélique rayonnante et sauvée .Chapitre final. Le mariage (…) C’est la fin du rêve (//Ibid.//, f° 278/61)  \\ (…) Les finir selon la logique .Puis, enfin, après la cérémonie, la sortie de l’église (//Ibid.//, f° 279/62)  \\ (…) C’est la fin du rêve (//Ibid.//, f° 280/63)  \\ (…) C’est même Hubertine qui me donnera la crainte de la fin sur l’entrée dans la réalité (…) du reste à la fin (…) je briserai les défauts d ‘Angélique, si bien qu’à la fin je la monterai modeste et humble (//Ibid.//, f° 282/65)  \\ (…) Mettons que je finisse par l’épisode de la charité, le vêtement donné (//Ibid.//, f° 290/73)  \\ (…) Enfin quelque chose de blanc et de frais, quelque chose qui la montre bonne ménagère (//Ibid.//, f° 292/75)  \\ (…) Faire Angélique triomphante à la fin, c’est répéter Denise (//Ibid.//, f° 302/85)  \\ (…) C’est la fin logique du rêve (//Ibid.//, f° 306/89). \\ Les souffrances du quadragénaire et à la fin il cède, il donne la jeune fille au jeune homme (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 220/4)  \\ (…)Comme je veux que l’histoire finisse bien, par l’accomplissement de tous ses désirs, je dois  \\ mettre le drame au milieu (//Ibid.//, f°s 227/11- 228/12)  \\ (…) Elle triomphe à la fin, elle l’épouse. Je finis en la montrant heureuse (…) et je ferme le livre sur ce « rêve » accompli (//Ibid.//, f° 228/12).  \\ (…) A la fin le mariage bénit par l’évêque. Je finis quand les époux ressortent de l’église (…) Là je m’arrête, la fin du rêve (//Ibid.//, f° 232/16)  \\ (…) Donc, pour justifier le titre très important : le Rêve posé au début, tel qu’il se réalisera à la fin, après le combat du milieu (//Ibid.//, f° 244/28) \\ (…) Enfin, au dénouement, je l’y ferais  \\ aller une dernière fois (//Ibid.//, f° 246/30-247/31)  \\ (…) Enfin la scène du cimetière et sa joie débordante à la fin (//Ibid.// f° 248/32)  \\ (…) Enfin la montrer troublée, femme sans le savoir, attendant le prince  \\ charmant .C’est un chapitre cela qu’il faut finir par la vue du vitrail tous les soirs et par une scène où elle éclate en larme en le regardant (//Ibid.//, f°s 254/38-255/38bis)  \\ (…) Le rêve encore vague que je veux préciser à la fin de la scène (//Ibid.//, f° 264/47)  \\ (…) Enfin je voudrais l’amour à la fin du chapitre (//Ibid.//, f° 54)  \\ (…) J’en suis donc arrivé à la fin du chapitre (//Ibid.//, f° 273/56)  \\ (…) Enfin il faut qu’elle le renvoie (//Ibid.//, f° 275/58)  \\ (…) Je crois qu’il faudra amener à la fin Félicien. Finir par Angélique rayonnante et sauvée .Chapitre final. Le mariage (…) C’est la fin du rêve (//Ibid.//, f° 278/61)  \\ (…) Les finir selon la logique .Puis, enfin, après la cérémonie, la sortie de l’église (//Ibid.//, f° 279/62)  \\ (…) C’est la fin du rêve (//Ibid.//, f° 280/63)  \\ (…) C’est même Hubertine qui me donnera la crainte de la fin sur l’entrée dans la réalité (…) du reste à la fin (…) je briserai les défauts d ‘Angélique, si bien qu’à la fin je la monterai modeste et humble (//Ibid.//, f° 282/65)  \\ (…) Mettons que je finisse par l’épisode de la charité, le vêtement donné (//Ibid.//, f° 290/73)  \\ (…) Enfin quelque chose de blanc et de frais, quelque chose qui la montre bonne ménagère (//Ibid.//, f° 292/75)  \\ (…) Faire Angélique triomphante à la fin, c’est répéter Denise (//Ibid.//, f° 302/85)  \\ (…) C’est la fin logique du rêve (//Ibid.//, f° 306/89). \\
Ligne 454: Ligne 454:
==== FIXER ==== ==== FIXER ====
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Beaucoup de détails me restent à fixer (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 281/64)  \\ (…) Ce que je n’ai toujours pas, c’est l’idylle dans le terrain vague. Ce terrain est trop vague , je voudrais bien le fixer (…) C’est l’idylle que je voudrais (//Ibid.//, f° 290/73) Beaucoup de détails me restent à fixer (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 281/64)  \\ (…) Ce que je n’ai toujours pas, c’est l’idylle dans le terrain vague. Ce terrain est trop vague , je voudrais bien le fixer (…) C’est l’idylle que je voudrais (//Ibid.//, f° 290/73)
Ligne 470: Ligne 470:
(variété tardive du style gothique en architecture) (variété tardive du style gothique en architecture)
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
J’ai en tous cas tout l’extérieur de l’église, flamboyant, rayonnant, glorieux : roman en bas, ogival [gothique rayé] en haut (egl.11) (MS NAF 10323, Le Rêve, premier plan du chapitre XIV, f° 194) J’ai en tous cas tout l’extérieur de l’église, flamboyant, rayonnant, glorieux : roman en bas, ogival [gothique rayé] en haut (egl.11) (MS NAF 10323, Le Rêve, premier plan du chapitre XIV, f° 194)
Ligne 501: Ligne 501:
Va au bois, court au skating, s’arrête en chemin dans un restaurant, change dix fois d’ordre de conversation et de chemin. (NAF Ms. 10313, Nana. F°241/1- Notes) \\ Chaque fois que l’homme est avec une femme, la femme voudra l’ami. (//Ibid.// F°263/12) \\ Un banquier donne six, huit mille francs par fois; en tout 80 mille francs pour une dizaine de fois. (//Ibid.// F°280). Va au bois, court au skating, s’arrête en chemin dans un restaurant, change dix fois d’ordre de conversation et de chemin. (NAF Ms. 10313, Nana. F°241/1- Notes) \\ Chaque fois que l’homme est avec une femme, la femme voudra l’ami. (//Ibid.// F°263/12) \\ Un banquier donne six, huit mille francs par fois; en tout 80 mille francs pour une dizaine de fois. (//Ibid.// F°280).
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Un vrai bon Dieu, que je montrerai deux ou trois fois terrible dans sa majesté (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 239/23) Un vrai bon Dieu, que je montrerai deux ou trois fois terrible dans sa majesté (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 239/23)
Ligne 552: Ligne 552:
tâcher d’avoir, au fond, de la grandeur, chez ce paysan, cet homme qui est resté le plus près de la terre (MS NAF 10.328, La Terre, f°  401/2- Ebauche)  \\ (…) Le château ( ?) ancien château démoli, ce qui l’a remplacé. Voir s’il faut en mettre un dans le fond, une grande propriété ou des petites ( ?). Nécessaire pour être complet mais ne pas insister. Mon sujet n’est pas là. (//Ibid.//, f° 495/87) tâcher d’avoir, au fond, de la grandeur, chez ce paysan, cet homme qui est resté le plus près de la terre (MS NAF 10.328, La Terre, f°  401/2- Ebauche)  \\ (…) Le château ( ?) ancien château démoli, ce qui l’a remplacé. Voir s’il faut en mettre un dans le fond, une grande propriété ou des petites ( ?). Nécessaire pour être complet mais ne pas insister. Mon sujet n’est pas là. (//Ibid.//, f° 495/87)
Mais au fond, pas mauvais homme, surtout quand il est saoul (MS NAF 10329 La Terre f° 21 – Personnages, Hyacinthe Fouan)  \\ Un comique au fond (//Ibid.//,  F° 21)  \\ Au fond, elle est pour lui une fille tendre (//Ibid.//,  F° 23 – Personnages, Olympe)  \\ Comme caractère : le premier abord bonhomme et gai. Puis de la malice et de la sournoiserie ; et au fond la violence du père, l’entêtement, d’où lui vient son surnom (//Ibid.//,  F° 34)  \\ Le paysan tout entier avec ses appétits au fond (//Ibid.//,  F° 34)  \\ Réfléchi et obstiné, c’est le fond (//Ibid.//,  F° 68 – Personnages, Alexandre Hourdequin) Mais au fond, pas mauvais homme, surtout quand il est saoul (MS NAF 10329 La Terre f° 21 – Personnages, Hyacinthe Fouan)  \\ Un comique au fond (//Ibid.//,  F° 21)  \\ Au fond, elle est pour lui une fille tendre (//Ibid.//,  F° 23 – Personnages, Olympe)  \\ Comme caractère : le premier abord bonhomme et gai. Puis de la malice et de la sournoiserie ; et au fond la violence du père, l’entêtement, d’où lui vient son surnom (//Ibid.//,  F° 34)  \\ Le paysan tout entier avec ses appétits au fond (//Ibid.//,  F° 34)  \\ Réfléchi et obstiné, c’est le fond (//Ibid.//,  F° 68 – Personnages, Alexandre Hourdequin)
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Le château à moitié reconstruit (…) Bien indiquer cet inachevé. La modernité du fond (MS NAF 10324, Le Rêve, Notes sur le château de Hautecoeur, f° 371) \\je ne sais si je dois pousser cette scène à fond ou plutôt la garder pour le milieu du livre (//Ibid.//, premier plan du chapitre III, f° 49)  \\ Au fond, l’amour grandissant (//Ibid.//, deuxième plan détaillé du chapitre V, f° 76) \\ mais sans être vaincue au fond (//Ibid.//, Plan du chapitre IX, f° 124) Le château à moitié reconstruit (…) Bien indiquer cet inachevé. La modernité du fond (MS NAF 10324, Le Rêve, Notes sur le château de Hautecoeur, f° 371) \\je ne sais si je dois pousser cette scène à fond ou plutôt la garder pour le milieu du livre (//Ibid.//, premier plan du chapitre III, f° 49)  \\ Au fond, l’amour grandissant (//Ibid.//, deuxième plan détaillé du chapitre V, f° 76) \\ mais sans être vaincue au fond (//Ibid.//, Plan du chapitre IX, f° 124)
Ligne 565: Ligne 565:
==== FONDRE / FONDU ==== ==== FONDRE / FONDU ====
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Tout s’y fond , l’attente, la création de l’amant, le vitrail, la Légende (MS NAF 10323, Le Rêve, deuxième plan détaillé du chapitre VII, f° 98)  \\ Tout l’au-delà des voix, de l’idéal, du vitrail se fondant dans son Je vous aime (//Ibid.//, premier plan du chapitre VII, f° 100) Tout s’y fond , l’attente, la création de l’amant, le vitrail, la Légende (MS NAF 10323, Le Rêve, deuxième plan détaillé du chapitre VII, f° 98)  \\ Tout l’au-delà des voix, de l’idéal, du vitrail se fondant dans son Je vous aime (//Ibid.//, premier plan du chapitre VII, f° 100)
Ligne 590: Ligne 590:
mais sur \\tout ne pas forcer cette note. Indiquer au plus (MS NAF 10280, La Conquête de Plassans, Ebauche, F°s19-20)  \\ Dessiner Bonnard, un fort tempérament, un ambitieux (//Ibid.// F° 21) mais sur \\tout ne pas forcer cette note. Indiquer au plus (MS NAF 10280, La Conquête de Plassans, Ebauche, F°s19-20)  \\ Dessiner Bonnard, un fort tempérament, un ambitieux (//Ibid.// F° 21)
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Puisqu’on m’accuse de ne pas faire de psychologie, je voudrais forcer les gens à confesser que je suis un psychologue. De la psychologie donc, ou ce qu’on appelle  \\ ainsi (!), c’est à dire une lutte d’âme (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f°s 217/1-218/2) Puisqu’on m’accuse de ne pas faire de psychologie, je voudrais forcer les gens à confesser que je suis un psychologue. De la psychologie donc, ou ce qu’on appelle  \\ ainsi (!), c’est à dire une lutte d’âme (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f°s 217/1-218/2)
Ligne 683: Ligne 683:
Voir aussi : morceau ; alinea. Voir aussi : morceau ; alinea.
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Et alors, je pense, le fragment sur les miracles (MS NAF 10323, Le Rêve, deuxième plan du chapitre IV, f° 58) Et alors, je pense, le fragment sur les miracles (MS NAF 10323, Le Rêve, deuxième plan du chapitre IV, f° 58)
Ligne 691: Ligne 691:
[Philippe Hugon] Né à Paris. Un garçon vigoureux, très-frais, très rieur, et par trop bête. (NAF Ms. 10313, Nana. F°181- Personnages). [Philippe Hugon] Né à Paris. Un garçon vigoureux, très-frais, très rieur, et par trop bête. (NAF Ms. 10313, Nana. F°181- Personnages).
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Enfin quelque chose de blanc et de frais, quelque chose qui la montre bonne ménagère (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 292/75) Enfin quelque chose de blanc et de frais, quelque chose qui la montre bonne ménagère (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 292/75)
Ligne 699: Ligne 699:
(…) dès que son mari se met avec Nana, elle s’émancipe davantage et accepte franchement le rôle de cocodette. (NAF Ms. 10313, Nana. F°232- Ebauche). (…) dès que son mari se met avec Nana, elle s’émancipe davantage et accepte franchement le rôle de cocodette. (NAF Ms. 10313, Nana. F°232- Ebauche).
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Cela serait franc, puisque le titre avertirait le lecteur (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 226/10) Cela serait franc, puisque le titre avertirait le lecteur (MS NAF 10323, Le Rêve, Ebauche, f° 226/10)
Ligne 713: Ligne 713:
==== FRÊLE ==== ==== FRÊLE ====
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Quelque chose de légendaire et de mystique, de frêle, de primitif, d’élancé dans la passion, de passionnement chaste (MS NAF 10323, Le Rêve, deuxième plan détaillé du chapitre X, f° 133)  \\ Quelque chose de mystique et de légendaire, de frêle, de primitif, d’élancé dans la passion, de passionnément chaste (//Ibid.//, premier plan du chapitre X, f° 138) Quelque chose de légendaire et de mystique, de frêle, de primitif, d’élancé dans la passion, de passionnement chaste (MS NAF 10323, Le Rêve, deuxième plan détaillé du chapitre X, f° 133)  \\ Quelque chose de mystique et de légendaire, de frêle, de primitif, d’élancé dans la passion, de passionnément chaste (//Ibid.//, premier plan du chapitre X, f° 138)
Ligne 744: Ligne 744:
==== FUR ET A MESURE ==== ==== FUR ET A MESURE ====
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Les épisodes du travail au fur et à mesure qu’il avance peuvent être d’abord : un morceau sur toutes  \\ les belles broderies (MS NAF 10323, Le Rêve, deuxième plan détaillé du chapitre IV, f°s 83-84) Les épisodes du travail au fur et à mesure qu’il avance peuvent être d’abord : un morceau sur toutes  \\ les belles broderies (MS NAF 10323, Le Rêve, deuxième plan détaillé du chapitre IV, f°s 83-84)
FUTUR (temps du mode Indicatif) (Emploi du) FUTUR (temps du mode Indicatif) (Emploi du)
-=== Le Rêve (1891) ===+=== Le Rêve (1888) ===
Hubert sera très effacé, gardera la maison (MS NAF 10323, Le Rêve, deuxième plan détaillé du chapitre VIII, f° 104)  \\ Hubert restera à garder la maison (pourquoi ?) (//Ibid.//, deuxième plan détaillé du chapitre VIII, f° 107) Hubert sera très effacé, gardera la maison (MS NAF 10323, Le Rêve, deuxième plan détaillé du chapitre VIII, f° 104)  \\ Hubert restera à garder la maison (pourquoi ?) (//Ibid.//, deuxième plan détaillé du chapitre VIII, f° 107)

Outils personnels
Boîte à outils