Berthe Morisot (1841 - 1895)

 Depuis 1869, date du mariage d'Edma avec un ami de Manet, Berthe Morisot mène une carrière indépendante. Bien qu'elle soit régulièrement reçue au Salon (elle expose un Portrait de Mme XXX et Une Jeune Femme à sa fenêtre* en 1870, puis toiles et pastels aux Salons de 1872 et 1873), Berthe Morisot rejoint les artistes Indépendants (on les baptisera à cette occasion du terme dérisoire d'"impressionnistes") qui, lassés d'être refusés à l'exposition officielle, ont décidé de louer les ateliers de Nadar, Boulevard des Capucines, pour y exposer pour la première fois leurs oeuvres en 1874. Elle y présente Le Berceau*(déjà envoyé au Salon de 1872), La Lecture* (1873), Marine* (dit aujourd'hui Le Port de Lorient), Portrait de Melle Madeleine Thomas* (pastel), Un Village* (pastel), Dans le Bois (aquarelle) Sur la falaise (aquarelle), aquarelle, Jeune Femme et enfant sur un banc.

Tandis que les quolibets pleuvent de toutes parts et que Guichard, son ancien professeur, est horrifié de voir figurer ses oeuvres à côté d'Une Moderne Olympia de Cézanne, Zola lui souhaite "bonne chance"dans Le Sémaphore de Marseille :

 ... Mais en attendant que le Salon officiel ouvre ses portes, le 1er mai, je dois vous signaler la très honorable tentative faite par trente artistes associés. Ils ont formé entre eux une société coopérative pour l'exposition et la vente de leurs oeuvres. Leurs statuts, fort bien faits, sont très compliqués pour que je vous les donne ici. D'ailleurs, on peut juger dès aujourd'hui des efforts de la société, car elle vient d'ouvrir sa première exposition, boulevard des Capucines, dans les mêmes ateliers de Nadar. Je sors de cette exposition, et je ne puis qu'applaudir à l'audace heureuse de ces peintres et de ces sculpteurs qui, sans vouloir protester contre le Salon réglementaire, ont pensé qu'il suffirait de s'entendre pour se faire connaître du public et se mettre en rapport direct avec les acheteurs. Je signalerai particulièrement, parmi les toiles qui m'ont frappé, un paysage très remarquable de M. Paul Cézanne, un de vos compatriotes, un Aixois, qui a fait preuve d'une grande originalité; M. Paul Cézanne, qui lutte depuis longtemps, a un véritable tempérament de grand peintre.Je vous indique en outre des Etudes de danseuses, de M. Degas ; des paysages de MM. Pissarro, Monet, Béliard et Sisley; enfin, diverses toiles très intéressantes de Mlles Morisot et de MM. Renoir, Bracquemond, Colin et Boudin. Bonne chance aux jeunes.

Lettre de Paris, Le Sémaphore de Marseille, 18 avril 1874, le 18 avril

lettre m