Sir Lawrence Alma-Tadema (1836-1912)

 Lorens Alma -Tadema, plus connu sous son nom anglais (il prit la nationalité britannique en 1872), est né en Hollande, à Dronrijp, en 1836. Il commença son apprentissage à l'Académie d'Anvers où il travailla entre 1852 et 1856. Il passa l'année 1857 auprès du professeur d'archéologie Louis de Taye et se perfectionna ensuite avec le Baron Henrik Leys, un peintre d'histoire dont les méticuleuses reconstitutions des seizième et dix-septième siècles devaient lui donner le goût de l'exactitude archéologique. Il se spécialisa d'abord dans des scènes mérovingiennes et égyptiennes avant de se trourner vers la Rome antique. Elu membre de l'Académie d'Anvers en 1861, il fut pressenti comme un artiste hors-pair par un marchand d'art international, le belge Ernst Gambert, qu'il rencontra en 1864. Les vingt-quatre toiles que lui commanda Gambert pour sa galerie londonienne lui assurèrent un succès immédiat en Angleterre. Alma-Tadema exposa à l'Académie Royale de Londres à partir de 1869. Après avoir heurté la pudibonderie anglaise avec un nu intégral, Le modèle du sculpteur (1877), il revint à plus de mesure victorienne et se cantonna désormais dans le genre qui plaisait à son public : ses figures à demi-nues, présentées dans des décors gréco-romains saisissants de "vérité" lui valurent le titre de "peintre du marbre" et conquirent bientôt l'Amérique.

Alma-Tadema avait découvert Pompéi lors de son voyage de noces en 1863. Avec une exceptionnelle collection de photographies d'antiquités romaines et grecques (pas moins de 168 volumes !), il disposait d'un répertoire inépuisable d'objets de la vie quotidienne à Rome, Athènes ou Pompéi. Réellement amoureux de l'antiquité, il fit transformer sa maison du Regent's Park - qui devait être partiellement détruuite en 1874 par l'explosion d'une barge chargée de poudre à canon -, en villa pompéienne !

Alma-Tadema exposa à plusieurs reprises en France. Déjà médaille d'or au Salon de 1864 pour L'Egypte du temps passé, il présenta deux tableaux au Salon de 1874, La Dixième Plaie d'Egypte, mort des premiers nés et Sculpture, portraits commandés, sans doute une toile de la même veine que la Galerie de Sculpture de 1867 ou celle de 1874. Ironisant sur le goût de "la foule" pour "les sujets" et "les images", Zola cite "les toiles de M. Alma Tadema, dont l'étrangeté archéologique stupéfie et arrête les gens au collet," parmi "les oeuvres les plus regardées" de l'exposition. Même succès pour les bacchantes lascives des Femmes d'Amphissa (1887) : elles valurent au peintre une médaille d'honneur en or à L'Exposition Universelle de 1889.

Fait Chevalier de l'ordre de Léopold I° à Bruxelles en 1865, membre de l'Académie Royale depuis 1879, annobli par la Reine Victoria en 1899, "Sir Lawrence Alma-Tadema" fut incontestablement l'un des peintres les plus célèbres de la deuxième moitié du XIX° siècle. Le triomphe tardif de l'impressionnisme devait néanmoins tarir l'engouement du public pour les antiquailleries langoureuses de l'artiste victorien et John Ruskin ira jusqu'à déclarer qu'il était "le pire des peintres du XIX° siècle"!... Lorsqu'il sentit le goût changer et décroître son influence, Alma-Tadema se retira de la scène : en 1911, il démissionna de l'Académie Royale ; il devait mourir un an plus tard, le 25 juin 1912, à Wiesbaden, en Allemagne, où il était allé prendre les eaux.

Honoré dans la mort comme il l'avait été dans la vie, le peintre fut inhumé dans la crypte de la Cathédrale Saint Paul de Londres auprès d'artistes qu'il aimait comme Lord Leighton. Après une éclipse de trois-quarts de siècle, l'oeuvre d'Alma-Tadema redevient à la mode : outre son influence sur le "peplum" américain, les nombreux sites qui lui sont consacrés aux Etats-Unis ainsi que la vente, pour 1 500 000 de livres, de La découverte de Moïse, en 1995, témoignent de ce renouveau de la peinture victorienne.

 lettre t