Neuville

page en construction ; merci de patienter

[...] le peintre de Neuville produit une véritable émeute avec son tableau : Combat sur une voie ferrée. On n'a pas oublié son succès de l'année dernière : La Dernière Cartouche que la gravure a popularisée. Cette fois, c'est encore une scène tragique de la dernière guerre, et le public s'amuse là comme devant une gravure très réussie de L'Illustration. J'ajoute très bas que le tableau ne me paraît pas mériter un autre succès.

Lettres de Paris Le Salon de 1874 les 3 et 4 mai 1874

Avez-vous remarqué que les tableaux de bataille eux-mêmes se sont rapetissés jusqu'à pouvoir orner des tabatières ? Où est le temps où Yvon peignait des toiles colossales qu'on avait peine à caser au musée de Versailles ? Maintenant, nous en sommes tombés à l'épisode. Peut-être est-ce une conséquence de nos défaites. Notre peintre de bataille est à présent M. de Neuville, dont les grandes illustrations coloriées ont un succès fou. Cette année, ses deux toiles : Attaque par le feu d'une maison barricadée et crénelée et Une surprise aux environs de Metz, causent parmi la foule une émotion extraordinaire. Il y a réellement là de grandes qualités d'esprit, d'adresse, de décor en un mot ; mais c'est de la bien petite peinture, dans tous les sens.

Lettre de Paris, le 2 mai 1875

En traitant de la grande peinture, je n'ai rien dit des tableaux militaires. La raison en est que dans les dernières années, surtout depuis notre défaite, nos peintres de bataille dépeignent le plus souvent les épisodes sur une échelle très réduite. Je me souviens des immenses tableaux commandés par le gouvernement à Yvon après les guerres de Crimée et d'Italie ; pour trente ou quarante mètres de toile barbouillée, on lui comptait cent mille francs. Et ces amples scènes, des champs de bataille complets, qui se trouvent maintenant au musée de Versailles, occupaient un mur entier dans la salle d'honneur de l'exposition. Aujourd'hui Yvon peint des portraits. Le coryphée de la peinture militaire, c'est maintenant Neuville, très doué pour la composition, et qui fait fureur avec ses reproductions d'épisodes de guerre, une douzaine de soldats se battant et mourant. C'est la peinture militaire transformée en peinture de genre. Le mérite de Neuville se borne à l'art avec lequel il dramatise un sujet. C'est un dessinateur et illustrateur de première force. Quant à sa peinture, ce n'est que du barbouillage. C'est comme si vous étiez au cirque, au dernier acte d'une pièce quelconque, lorsque les groupes ingénieusement disposés soulèvent un tonnerre d'applaudissements dans la salle. Les femmes pleurent devant ses tableaux, les hommes serrent les poings. Jamais son art de bouleverser les spectateurs ne s'est montré de façon plus saisissante que dans sa composition de cette année : Attaque par feu d'une maison barricadée. Armée de l'Est. Villersexel, le 9 janvier 1871. Le village est déjà pris par les troupes du 18e corps. Les Allemands établis dans la maison prolongent le feu. À gauche, la maison sombre, volets clos, entourée d'une poignée de soldats. La fumée se traîne devant la façade à chaque salve. En bas gémissent les mourants. Et voici qu'à ce moment même les assiégeants sont en train de rouler jusqu'aux portes de la maison une charrette emplie de paille déjà enflammée. Cela produit une impression atroce. C'est un beau tableau, et qui remue en nous notre patriotisme blessé. Mais c'est tout.


Lettres de Paris ; Une exposition de tableaux à Paris ; juin 1875

 

Au nombre des imitateurs les plus heureux de Meissonier il faut compter Neuville et Berne-Bellecour. Neuville n'a pas eu de tableau exposé au Champ-de-Mars. À cette absence se rattache toute une histoire qui a fait quelque bruit à Paris. Le gouvernement, mû par des considérations de tact et de diplomatie peut-être exagérées, avait décidé que toutes les scènes de bataille ayant trait à la récente guerre franco-prussienne seraient exclues de l'exposition. Il va sans dire que Neuville, qui ne fait que des scènes de bataille, dut s'abstenir d'envoyer ses tableaux.


Lettres de Paris ; L'exposition française de peinture à l'exposition de 1878


 

 lettre n