Paul BAUDRY (1828 - 1886)

Grand prix de Rome de peinture d'histoire en 1850 pour Zénobie retrouvée par des bergers sur les bords de l'Araxe*,  Paul Baudry excelle dans les nus à l'antique : chatouillant discrètement la sensualité du public sous couvert de scènes mythologiques, comme dans Les Tourments d'Une Vestale* (1857) ou dans la Toilette de Vénus* (1859), il plaît au public bourgeois. Fils d'un sabotier, il est le peintre des grands : après le ministre Achille Fould, qui lui fait décorer son hôtel, Napoléon III lui confie le décor du foyer de l'Opéra.

Membre du jury, farouchement opposé à ceux que l'on appellera bientôt les "impressionnistes", il suscite l'ironie mordante de Zola dès 1866 ; feignant de s'étonner devant les protestations des lecteurs de L'Evénement qui menacent de se désabonner s'il continue à défendre Manet, l'auteur de Mon Salon, souligne la soumission de la critique au pouvoir, le caractère pervers de la composition du jury et tout ce que la hargne des académistes doit au ressentiment :

[...] un critique d'art de ma connaissance [...] affirmait dernièrement à ses trois cent mille lecteurs que M. Baudry était le premier peintre de l'époque. Jamais je n'ai formulé une pareille monstruosité. Un instant, j'ai craint pour ce critique d'art, j'ai tremblé qu'on n'allât l'assassiner dans son lit pour le punir d'un tel excès de zèle. On m'apprend qu'il se porte à ravir. Il paraît qu'il y a des services qu'on peut rendre et des vérités qu'on ne peut dire.

Le jury est composé de vingt-huit membres, dont voici la liste par ordre de votes : membres nommés par les artistes médaillés : MM. Gérome, Cabanel, Pils, Bida, Meissonier, Gleyre, Français, Fromentin, Corot, Robert Fleury, Breton, Hébert, Dauzats, Brion, Daubigny, Barrias, Dubufe, Baudry ; [...] M. Baudry. Cet artiste est très irrité de ses derniers insuccès. C'est une singulière idée que de le charger de travailler au succès des autres.

Emile Zola, Mon Salon (1866)

 lettre b